CONFLITS LIÉS À L’EAU : LE SÉNÉGAL CONTINUERA À CULTIVER LA PRÉVENTION (FODÉ SECK)

New York (Etats-Unis), 2 nov (APS) – Le Sénégal qui a imaginé le concept d’hydro-diplomatie, parce que conscient des risques de conflits liés à l’eau, continuera à cultiver une démarche de prévention dans ce sens, a indiqué, mardi à New York (Etats-Unis), l’ambassadeur représentant permanent du Sénégal auprès des Nations unies, Fodé Seck.

M. Seck a démarré la présidence sénégalaise du Conseil de sécurité de l’ONU pour le mois de novembre, par la proposition d’un programme accepté et jugé « ambitieux » par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Ban Ki-Moon.

Le diplomate sénégalais estime que la question de l’eau occupe une place de choix dans ce calendrier.

Le Sénégal a tenu à délivrer le message sur l’hydro-diplomatie, car l’eau est non seulement fondamentale pour le développement, mais elle est également susceptible d’être source de conflits de tous ordres, a prévenu M. Seck, par ailleurs président du Conseil de sécurité.
« La communauté internationale doit faire attention à tout ce qui touche l’eau comme les rivières, lacs, océans, fleuves, etc. », a estimé Fodé Seck, regrettant que le Sénégal n’ait pas eu la résolution ou déclaration qu’il escomptait sur la question.
« Malheureusement, nos consultations n’ont pas permis d’aller au-delà d’un débat sur la question », a déploré M. Seck. Parmi les volets importants de la présidence sénégalaise du Conseil de sécurité, il a cité le terrorisme et l’extrémisme violent, mais aussi la coopération entre les Nations unies et les organisations régionales, comme l’Union africaine (UA) et l’Organisation de la coopération islamique (OCI).
« Il faut en ce sens déconstruire la propagande qui capture les jeunes qui se laissent entraîner dans le djihadisme », a souligné l’ambassadeur. Il dit prendre avec « modestie et fierté’’, le privilège de diriger, pendant 30 jours, le Conseil de sécurité où « tout est négocié point par point, mot par mot ».
Fodé Seck a présenté et défendu le programme qui a pris en charge diverses préoccupations du Sénégal, d’autres Etats membres du Conseil et de l’Assemblée générale des Nations unies, devant ses collègues ambassadeurs, la presse, etc. Il a également partagé la volonté de l’Etat sénégalais de poursuivre, à côté de ses pairs africains, le combat pour la réforme du Conseil de sécurité.
« Le Conseil est un serpent de mer inadapté pour faire face à certains défis. Il suffit d’un seul véto d’un des cinq Etats membres permanents pour bloquer la plus noble mission », s’est désolé le diplomate sénégalais.

Laisser une réponse

Your email address will not be published.