Chronique Citoyenne: Qu’y aura-t-il de nouveau sous le soleil ?

Photo contribution (1)

Ce lundi 23 mars, aura été une perspective lourde de pressentiments. Cette date marque l’épilogue d’un long feuilleton judiciaire, qui aura mis aux prises un état soucieux de récupérer, selon ses dirigeants, des sommes d’argent astronomiques détournées de leur destination initialement vouée au développement de nos populations déjà exsangues.

Les plus audacieuses théories au sujet d’une impartiale justice ont été mises sur orbite, souvent écrabouillées sur l’autel du simple bon sens, ne résistant pas à l’analyse qui impose que cette traque des biens mal acquis, avait été plutôt sélective, ou à tout le moins largement incomplète eu égard aux scandales financiers qui avaient essaimé lors du magistère des libéraux, et qui touchaient de nombreux caciques du régime Wade.

Nous, Citoyens Vigilants, avions misé sur une pédagogie issue de cette délicate procédure judiciaire, qui aurait définitivement extirpé de nos mœurs politiques cette propension hallucinante à se servir au lieu de servir. Nous avions espéré qu’au terme de ce procès nous soyons enfin et résolument portés vers une rupture qu’appelait de ses vœux le candidat Macky Sall, avec une justice déterminée à sévir et à ôter de tout esprit malveillant l’idée de profiter sans vergogne de positions de pouvoir pour s’enrichir indûment.

Au lieu de cela, nous avons eu droit à une procédure passionnelle et qui faisait grade part à l’émotivité et au sensationnel, laissant peu de place à la clarté des accusations portées contre Karim Wade, sans oublier que certaines déclarations de notre président faisaient la place à des poursuites à géométrie variable selon les nouvelles destinations partisanes de certains hommes et femmes politiques qui avaient emprunté le bon sens du vent du changement. Alors, nous, Citoyens Vigilants, vivons cette semaine qui s’ouvre, non pas avec la peur que d’improbables troubles la parsèment de violences annoncées, mais avec l’espoir que dorénavant une sanction pouvait être porteuse de nouveaux paradigmes et de nouveaux comportements civiques de la part des hommes qui nous dirigent.

Une justice pour être au cœur de notre émergence se devait d’être limpidement rendue, sans aucun soupçon de manipulation de la balance de Thémis, dont les deux plateaux se doivent de demeurer à égale hauteur pour symboliser l’équité et l’égalité des citoyens devant les foudres des procureurs. Il est d’ailleurs assez symptomatique que la sculpture qui orne la Place de La Cour Suprême, pose le pouce sensé équilibrer la justice, sur le mécanisme qui en garantit l’équité.

Ce verdict aura quel qu’il soit un goût amer, ce goût qui vient du fait qu’après il n’y aura rien de nouveau sous le soleil. Un verdict serein et implacable nous aurait rendu l’espoir d’un pays qui se réveille, et qui a cessé de ronronner de l’aisance repue de certains prédateurs politiques.

Gnagna Sy

Coordonnatrice du Mouvement Citoyen Vigilant

Laisser une réponse

Your email address will not be published.