Le modernisme induit par le développement et le progrès technique

Le modernisme induit par le développement et le progrès technique sans précédent a favorisé des dérapages, des abus et des excès de toutes sortes au mépris des règles fondamentales de respect de la bonne éducation et des conduites saines indispensables au maintien de la paix intérieure et de l’harmonie sociale à l’intérieur d’un même pays et vis-à-vis de l’extérieur. La morale, c’est fondamental. Elle est à la base de l’équilibre des sociétés humaines et le garant d’un développement humain, économique et social, juste et harmonieux qui respecte les personnes, leur culture et les civilisations dont ils dépendent. Le mariage des fondamentaux de la morale et du modernisme est complexe en dehors d’une éducation harmonieuse qui favorise la culture des sciences et des philosophies dans un cadre respectueux de la morale pour favoriser la conception d’une génération soucieuse de créativité, de l’innovation, du travail bien fait, honnête, respectueuse de la société, sans basculer dans la délinquance, les abus nuisibles et la dégradation des mœurs. Si cette démarche idéaliste, non difficile, a conduit les sociétés à choisir les voies de la facilité pour basculer soit dans le modernisme avec tout son volet de dérapage moral, soit dans l’excès de religion avec leur lot de fondamentalisme, d’intégrisme, d’intolérance, et même de terrorisme, ce qui a conduit simplement à l’incompréhension, aux désaccords, et à l’affrontement des sociétés et de leurs civilisations. En effet, cela nous a conduit, aujourd’hui, à la production de plusieurs modèles de sociétés dont les frères sont simplement ennemis et se regardent avec mépris. Le moderniste accusant le moraliste d’arriéré et de terroriste dangereux pour la paix, alors que celui-ci accuse le premier d’être insolent et dépravé qui a infecté la société humaine par ses dérapages et ne mérite plus de vivre. Il a été question d’incompréhension dangereuse due au fait d’une culture introvertie négligeant les sciences, et les philosophies d’une part et la morale et la spiritualité de l’autre. Nous avons émis le souhait de parer à ses insuffisances moyennant une éducation qui couvre l’ensemble des disciplines de nature à construire des personnes équilibrées reconnaissant l’existence divine tout en autorisant le développement du savoir et des connaissances à la faveur d’une contribution positive dans le développement des sociétés sans nuire aux règles de bonne conduite et des exigences morales des sociétés. La logique se trouve dans une éducation responsable médiane qui concilie le modernisme avec une morale équilibrée dans le cadre d’une religion ouverte qui tolère les imperfections humaine

Laisser une réponse

Your email address will not be published.